SOMMAIRE

Prix Sakharov,
prix, sakharov, pour la liberte de la pensee et de l esprit, de 1988 a 2017, prix sakharov 2017, opposition, démocratique, Venezuela, Nadia, Mourad, Bassi, Taha, Lamiya, Aji, Bacha, rescapees daesch, blogueur saoudien, Raef, Badawi, Denis Mukwege, gynécologue, congolais, femmes, victimes, viols, violences sexuelles, rdc, Malala Yousafzai, adolescente, pakistanaise, Jafar Panahi, cineaste iranien, Nasrin Sotoudeh, avocate iranienne, militants du printemps arabe, Guillermo Farinas, Hu Jia, dissident chinois, défenseur des droits civiques, de la protection de l'environnement et de la défense des malades du SIDA, avocat, soudanais, Salih, Mahmoud Osman, alexandre milinkevitch, opposant, belarus, regime, president, alexandre ioukachenko, parlement, europeen, strasbourg, defense, droits, homme, libertes, fondamentales, liberte, expression, hommage, andrei, sakharov, physicien, russe, inventeur, bombe, hydrogene, signature, declaration, universelle, droits, homme, onu, nelson, mandela, anatoli, marchenko, alexander, dubcek, aung san suu kyi, prix 2006, alexandre milinkevitch, opposant, belarus, regime, president, alexandre ioukachenko, adem demaci, meres de la place de mai, oslobodjenje, taslima, nasreen, liela, zana, wei, jingsheng, salima, ghezali, ibrahim, rugova, josé alejandro xanana gusmao, basta ya, izzat ghazzawi, nurit peled-elhanan, dom zacarias kamwenho, oswaldo josé payá sardinas, onu, kofi annan, zhanna, litvina, presidente, association, journalistes, belarus, dames en blanc, hauwa, ibrahim, reporters sans frontières, alexandre milinkevitch


PRIX SAKHAROV 2017


Samedi 28 octobre 2017 N° 4934/26330

FRANCE - FIL INFO PRIX © - Le Prix Sakharov 2017 pour la liberté de l'esprit attribué à l'opposition démocratique au Venezuela : Le Parlement européen a décerné jeudi 26 octobre 2017 à Strasbourg, le Prix Sakharov 2017 pour la liberté de l'esprit à l'opposition démocratique au Venezuela. La cérémonie de remise de prix se déroulera le mercredi 13 décembre à Strasbourg. SOURCE : Rédactions à Paris de FIL-INFO.TV ® applications mobiles du quotidien international francophone indépendant FIL-INFO-FRANCE ® ; ISSN 1634-4979 © / ISSN 1638-1572 © ; FIL1FO.INFO ® News magazine vidéo, Paris ; Logos FIL-INFO-ORIGINAL © - Plus d'infos et lien pour un don en ligne en soutien à notre indépendance face à la concentration de la presse, pour le pluralisme, la liberté d'expression, d'opinion et syndicale sur je-suis-fil-info.com ou filinfogate.org ; Fil-info-France ® est le seul journal qui n'est pas présent sur les réseaux sociaux dont facebook, twitter, instagram, vine, telegram, flickr, viadeo, linkedin, dailymotion, youtube, google-plus, wordpress, etc. Rappel : La contrefaçon de la marque " Fil-info-France ® " est punissable selon les dispositions du Code de la propriété intellectuelle et du Code pénal.

HISTORIQUE :

Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit récompense des personnalités qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Créé en 1988, il est décerné chaque année par le Parlement européen.

Vers le 10 décembre, le Parlement européen remet son "Prix pour la défense des droits de l’homme", doté de 50 000 euros, lors d’une séance solennelle à Strasbourg, en France. La date correspond au jour de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies, en 1948.


Qui était Andreï Sakharov ?


Andreï Dmitrievitch Sakharov (1921-1989), Prix Nobel de la Paix 1975, est un physicien russe qui participe à la mise au point de la bombe à hydrogène soviétique, puis s'oppose à la poursuite des essais.

En 1980, en raison de son engagement pour la défense des droits de l'homme, Andreï Sakharov est assigné à résidence dans la ville de Gorki, fermée aux étrangers, en compagnie de son épouse Elena Bonner. Il y restera jusqu'en 1986.


1988

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela (Afrique du Sud) et Anatoli Marchenko (à titre posthume)

Anatoli Marchenko (1938-1986), un des plus célèbres dissidents de l'ancienne Union soviétique, mort en décembre 1986, dans la prison de Tschistopol, des suites d'une grève de la faim, après plus de 20 ans d'emprisonnement. Les révélations qu'il fit, dans un livre, sur les camps de travail et les prisons soviétiques lui valurent une condamnation pour agitation et propagande anti-soviétique. Il a dit : "La seule possibilité de lutter contre le mal et l'illégalité qui prédominent consiste à mon avis à connaître la vérité".

1989

Alexander Dubcek : un des promoteurs du renouveau dans l'ancien bloc de l'Est et une figure marquante du mouvement réformateur connu sous le nom de "printemps de Prague". Son objectif - donner au socialisme un "visage humain" - fut réduit à néant, le 21 août 1968 par les chars du Pacte de Varsovie. Accusé de trahison, destitué de toutes ses fonctions et exclu du parti, Alexander Dubcek reprit des activités de simple travailleur jusqu'en 1985. Il revint dans la vie politique active en 1988, s'engageant dans le mouvement pour les droits civiques. A l'issue de la révolution en Tchéchoslovaquie, il fut élu président de l'Assemblée de la République socialiste de Tchéchoslovaquie.

1990

Aung San Suu Kyi (Birmanie), leader de l'opposition et avocat des droits de l'homme. Prix Nobel de la Paix 1991, elle milite pour le respect des droits de l'homme en Birmanie. Elle est assignée à résidence à son domicile de Rangoon par la junte militaire au pouvoir depuis mai 2003.

1991

Adem Demaçi : Albanais originaire du Kosovo, surnommé "le Mandela kosovar" et représentant politique de l'Armée de libération du Kosovo (UCK), né en 1936 à Pristina, Adem Demaçi, a passé 28 ans de sa vie en prison (1964 à 1974 et 1975 à 1990) pour avoir défendu par la parole et par l'écrit les droits élémentaires des Albanais du Kosovo. Il a dit : "A notre époque, on peut confirmer que la liberté de parole est la première étape indispensable dans la voie de la démocratie. Sans liberté de parole, il n'y a pas de dialogue; sans dialogue, il est impossible de découvrir la vérité et sans vérité, le progrès est impossible."

1992

Las Madres de la Plaza de Mayo (Mères de la Place de Mai) : Mouvement argentin de défense des droits de l'homme qui se réunit tous les jeudis depuis 1977 sur la "Plaza de Mayo" devant le palais présidentiel dans l'espoir de retrouver leurs petits-enfants. 77 auraient été retrouvés. Plus de 500 bébés auraient été "volés" pendant la dictature. Si, initialement, elles étaient surtout à la recherche de leurs enfants disparus et ne réclamaient que des poursuites contre les responsables de la disparition de 30 000 personnes durant la dictature militaire, elles axèrent par la suite leur combat sur une justice indépendante, le changement de situation politique et la paix. Les Mères de la Place de Mai manifestent la tête couverte de fichus blancs portant les noms des disparus afin d'empêcher que ne soient oubliés ceux qui ont lutté pour la liberté et qui combattent encore pour elle dans le monde entier.

1993

Le quotidien bosniaque "Oslobodjenje" (Libération) : publié à Sarajevo par un collectif de rédacteurs musulmans, serbes et croates, ce journal a été fondé en 1943 par des partisans luttant contre l'occupation allemande de la Yougoslavie. L'activité d'Oslobodjenje a pour objet, selon Zlatko Disdarevic, un des rédacteurs, de préserver la Bosnie-Herzégovine en tant qu'Etat multi-ethnique et de la défendre : "Nous n'entendions pas, ce faisant, entraîner la mort, la partition ou la suppression de cette région de la carte du monde. La population de Sarajevo, de la Bosnie et de l'Herzégovine continuera à lutter contre la partition dont l'Europe est à l'origine."

1994

Taslima Nasreen : Médecin et écrivain bangladaise qui s'oppose au fondamentalisme religieux et à l'oppression de la femme. Le 24 septembre 1993, un groupe fondamentaliste (le Conseil des soldats de l’islam) émet une fatwa contre elle. Visée par plusieurs mandats d'arrêt, Taslima Nasreen s'est exilée en Suède. Elle vit aujourd'hui entre la Suède, la France et l'Inde.

1995

Líela Zana : première femme parlementaire kurde élue le 20 octobre 1991. Devant le Parlement Turc, en 1991, Leyla Zana, après avoir prêté serment de loyauté en turc, elle s’est exprimée en kurde pour "prôner l’amitié et la coexistence des Kurdes et des Turcs". Protégée par l'immunité parlementaire, elle est condamnée en août 1994, avec d'autres députés kurdes, à 15 ans de prison pour appartenance à une organisation illégale, le PKK, Parti des Travailleurs du Kurdistan.Son combat vise "la paix intérieure en Turquie et une démocratie véritable, pluraliste et laïque, respectant les valeurs universelles de la liberté et des droits de l'homme.” A cet égard, il s'agit aussi de “reconnaître la légitimité du droit du peuple kurde à son identité".

1996

Wei Jingsheng : Sous le régime de Deng Xiaoping, Wei Jingsheng, dissident célèbre de la République populaire de Chine, a passé 18 ans en prison pour avoir osé réclamer la démocratie, dénoncé les violations des droits de l'homme en Chine, et pour avoir obstinément refusé de "reconnaître ses fautes". Le 13 décembre 1995, Wei Jingsheng, 47 ans, avait été condamné à 14 ans de prison pour "avoir conspiré en vue de renverser le gouvernement". Il avait été arrêté pour la première fois en mars 1979. Il a été expulsé vers les Etats-Unis en novembre 1997, quelques mois après la mort de Deng qui avait juré au début des années 80 que Wei Jingsheng ne sortirait pas de prison tant qu'il serait encore en vie.

1997

Salima Ghezali : Journaliste, écrivain algérienne, directrice de la publication de l’hebdomadaire "La Nation" d'Alger, elle dénonce la censure et des droits de l'homme en Algérie. Elle fonde l'association "Femmes d'Europe et du Maghreb" et le magazine "Nyssa". En décembre 1996, au moment où son journal "La Nation", qui publiait un numéro spécial sur les violations des droits de l'Homme en Algérie, fut interdit, Salima Ghezali écrivait: "Il faut rappeler les principes qui constituent les fondements de la société humaine et faire régner la vigilance. C'est la meilleure manière de faire en sorte que la civilisation triomphe de la barbarie."

1998

Ibrahim Rugova : Elu le 4 mars 2002 premier président de la République auto-proclamée du Kosovo, surnommé le "Gandhi du Kosovo" pour sa lutte pacifique contre Belgrade et la répression sous le régime de Slobodan Milosevic, Ibrahim Rugova avait acquis la certitude que "le rétablissement du régime autonome de la région passe par la solution pacifique du conflit qui oppose son peuple au régime autoritaire serbe". Il avait déclaré : "Nous sommes un peuple de 2 millions de personnes... Chaque peuple a le droit de poursuivre son propre chemin : pourquoi pas nous autres les Albanais du Kosovo ?". Ibrahim Rugova est mort samedi 21 janvier 2006, à l'âge de 61 ans, des suites d'un cancer du poumon.

1999

José Alejandro Xanana Gusmao : Héros de la résistance timoraise dont il a pris la direction dans les années 1980, Xanana Gusmao - dont le nom complet est José Alexandre Gusmao - a été arrêté par l'armée indonésienne en 1992 et emprisonné jusqu'en 1999. Premier Président du Timor-Leste, il a toujours manifesté sa volonté de réconciliation et son attachement au multipartisme.

2000

¡ Basta Ya ! : ("Ca suffit") : groupe espagnol du Pays Basque, composé de "citoyens d'origines diverses, sans hiérarchie bureaucratique ni pratiquement d'appareil d'organisation" qui "s'oppose activement au terrorisme sous toutes ses formes, origines et intensités, soutient toutes les victimes du terrorisme et de la violence politique, défend la vigueur de l'Etat de Droit, concrétisée dans la Constitution espagnole et le Statut d'Autonomie basque. Cette initiative citoyenne organise depuis juin 2000, tous les premiers jeudi du mois à Saint-Sébastien une grande manifestation de solidarité avec les citoyens qui s'opposent au terrorisme et qui militent en faveur de l'Etat démocratique. Le lauréat 2000 a été vivement contesté par une partie des parlementaires européens et les représentants d'Euskal Herritarrok (EH, parti nationaliste basque). Selon ses représentants au Parlement, "le prix Sakharov récompense la défense en faveur des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Pourtant, BASTA YA ! ne défend pas les peuples et les citoyens qui subissent des injustices et la violation de leurs droits, bien au contraire, cette plate-forme défend l'Etat qui nie le droit d'autodétermination au peuple basque, car il s'agit d'un mouvement qui surgit de l'Etat lui-même".

2001

Izzat Ghazzawi, Nurit Peled-Elhanan et Dom Zacarias Kamuenho

Izzat Ghazzawi est un écrivain palestinien né en 1951, professeur d’université à Bir Zeit, qui fait partie du bureau exécutif du Conseil palestinien pour la justice et la paix, lauréat du prix international pour la liberté d’expression attribué en 1995 à Stavanger. Izzat Ghazzavi est le président de l’Union des écrivains palestiniens. Censuré et emprisonné à plusieurs reprises par les autorités israéliennes, il a écrit des romans et des nouvelles, organisé et présidé la première conférence internationale des écrivains en Palestine. Izzat Ghazzawi a perdu son fils Ramy, âgé de 16 ans, tué par l’armée israélienne lors d'un bombardement lancé sur son école. Il continue à militer en faveur d’une paix juste reposant sur la reconnaissance des droits et le respect réciproque entre les peuples israélien et palestinien. Lire un extrait du discours d'Izzat Ghazzawi prononcé au Parlement européen le 12 décembre 2001. Izzat Ghazzawi a été interdit de quitter le territoire palestinien et empêché de se rendre à Strasbourg afin de participer à la cérémonie de commémoration du 15ème anniversaire du Prix Sakharov, prévue pour mardi 17 décembre 2002.

Nurit Peled, née en 1949, professeur à l’université de Jérusalem, est la fille de Mattitiyahou Peled, général israélien de haut rang, conseiller de Rabin à Oslo, en Norvège, aujourd’hui décédé, qui devint, après 1967, un farouche opposant au processus de colonisation et l’un des pionniers de la réconciliation entre Israël et la Palestine et de la reconnaissance des droits nationaux palestiniens. Le 4 septembre 1997, la fille de Nurit Peled, Smadar,14 ans, a été tuée dans un attentat à Jérusalem. Les 2 fils de Nurit Peled sont des refuzniks (soldats qui refusent de servir dans les territoires), membres du mouvement "Le courage de refuser", qui refusent de faire la guerre aux Palestiniens. Nurit Peled a fondé l'association des familles iraéliennes et palestiniennes victimes de violences.

Zacarias Kamuenho est né au Chimbundo (Huambo, Angola) en 1934, ordonné prêtre en 1961, évêque depuis 1974, Archevêque au Lubango dès 1995, Monseigneur Zacarias Kamuenho préside la Conférence épiscopale d’Angola et de São Tomé (CEAST) et aussi le Comité oecuménique pour la paix en Angola (COIEPA), créé en avril 2000, qui réunit la CEAST catholique, l’Alliance évangélique d’Angola (AEA) et le Conseil des Eglises chrétiennes d’Angola (CICA). Il a été distingué pour les efforts qu’il a consentis de façon " ferme, impartiale et opiniâtre " au sein de la société civile angolaise pour promouvoir le processus de paix dans un pays ravagé par la guerre civile.

2002

Oswaldo José Paya Sardinas : opposant cubain, fondateur du Mouvement chrétien de libération (Movimiento Cristiano Liberación), il a initié le projet Varela, une pétition réclamant des réformes démocratiques par voie référendaire dans l'île.

2003

Les Nations Unies et leur secrétaire général Kofi Annan (Ghana)

2004

Zhanna Litvina, présidente de l'association des journalistes du Bélarus.

2005

Les "Dames en blanc", Hauwa Ibrahim et Reporters sans frontières (RSF)

"Femmes en blanc" (Damas de blanco), groupe de femmes cubaines qui se battent pour les droits des prisonniers politiques cubains en protestant pacifiquement, vêtues de blanc pour symboliser la paix et l’innocence de leurs maris.

Hauwa Ibrahim est une femme musulmane nigeriane, avocate qui assure la défense des femmes condamnées à mort par lapidation pour adultère au Nigeria. Quand en 1999, la Charia a été introduite dans le droit criminel de plusieurs Etats de la République fédérale du Nigeria, avec ses peines capitales, elle s’est mobilisée en dépit des menaces de mort à son encontre. Hauwa Ibrahim se bat contre la lapidation à mort des femmes condamnées pour adultère.

Reporters sans frontières (RSF) est une organisation internationale milite pour la liberté de la presse dans le monde.

2006

Alexandre Milinkevitch, opposant au régime du président Alexandre Ioukachenko et candidat unique de l’opposition biélorusse aux élections présidentielles du 19 mars 2006

2007

Salih Mahmoud Osman, avocat et député soudanais, qui fournit depuis plus de 20 ans une assistance juridique gratuite aux victimes de violations des droits humains dans son pays.

2008

Hu Jia, 35 ans, dissident chinois, défenseur des droits civiques, de la protection de l'environnement et de la défense des malades du SIDA. Hu Jia est actuellement en prison et souffrirait d'une cyrrhose du foie. Il avait été arrêté peu après son témoignage sur les droits de l'homme en Chine le 26 novembre 2007 devant la Sous commission "droits de l'homme" du Parlement européen. Inculpé d'" incitation à la subversion contre l'autorité de l'Etat", il a été condamné à une peine de 3 ans et demi de prison.

2009

Memorial, ONG russe de défense des droits de l'homme, et à 3 militants de cette ONG, Lioudmila Alexeeva, Sergueï Kovalev et Oleg Orlov, au nom de l'ONG russe de défense des droits de l'homme, Memorial, ainsi qu'à "tous les autres défenseurs des droits de l'Homme en Russie", pour leur combat "en faveur de la démocratie et des droits de l'Homme dans les pays de l'ancienne Union soviétique et pour dire la vérité sur les victimes de l'oppression politique", selon un communiqué de la présidence suédoise de l'Union européenne.

2010

L'opposant cubain Guillermo Farinas (48 ans) psychologue et journaliste cubain, qui a mené 23 grèves de la faim pour défendre la liberté d'expression à Cuba. Il avait arrêté jeudi 8 juillet 2010, après l'annonce par le gouvernement cubain de la libération prochaine de 52 détenus politiques, sa grève de la faim entamée le 24 février 2010, au lendemain de la mort d'Orlando Zapata (42 ans) pour obtenir la libération de 26 prisonniers politiques cubains en mauvaise santé (lire l'édition de Fil-info-France du 25 février 2010). C'est la troisième fois depuis l'instauration de ce prix en 1998, qu'il est attribué à un dissident cubain. Blogger, webmaster : Conditions d'utilisations Fil-info-France ?
 

2011

Un groupe de 5 militants du printemps arabe en reconnaissance et soutien pour leur combat en faveur de la liberté et des droits de l'homme :

- Asmaa Mahfouz, qui a organisé des manifestations pour mobiliser les Egyptiens à revendiquer leurs droits, et qui a rejoint le Mouvement égyptien des jeunes du 6 avril en 2008,

- Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi, plus ancien "prisonnier d'opinion libyen, qui a passé 31 ans dans les prisons libyennes à la suite d'une tentative de coup d'Etat contre le Colonel Kadhafi,

- Razan Zeitouneh, avocat syrienne pour les droits de l'homme qui a créé un blog qui retrace les atteintes aux droits de l'homme perpétrées par le régime syrien,

- Ali Farzat, caricaturiste syrien

- à titre posthume, Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant tunisien qui s'est immolé par le feu en janvier 2011 à Sidi Bouzid, zone agricole dans le centre de la Tunisie, où le taux de chômage est élevé, en signe de protestation contre l'humiliation et le harcèlement incessants des autorités tunisiennes.


2012

- Jafar Panahi (52 ans), cinéaste iranien. Il a été condamné fin 2010 à 6 ans de prison et 20 ans d'interdiction de filmer, voyager ou s'exprimer.

- Nasrin Sotoudeh est une avocate spécialiste des droits de l'homme. Elle a représenté des militants de l'opposition emprisonnés après les élections présidentielles contestées de juin 2009, des mineurs encourant la peine de mort, des femmes et des prisonniers d'opinion. Elle a été arrêtée en septembre 2010, accusée de propagande et de conspiration portant atteinte à la sûreté nationale et placée en régime d’isolement depuis cette date.


2013


Malala Yousafzai, pour sa "force incroyable" à "défendre avec courage le droit de tous les enfants à l'éducation", un "droit trop souvent refusé aux jeunes filles". Rappelons que Malala Yousafzai, adolescente de 16 ans, qui dénonçait sur son blog depuis 2009 l'action des Talibans pour fermer l'école pour filles à Lingora, dans la vallée de Swat, au nord-ouest d'Islamabad, où elle étudiait, avait été atteinte d'une balle à la tête lors d'une attaque des Talibans contre son autocar scolaire le 9 octobre 2012. Elle a survécu à cette blessure et a été transférée au Royaume-Uni pour y être soignée. Elle réside à Londres depuis son opération.

2014


Denis Mukwege pour son travail auprès des femmes victimes des viols et des violences sexuelles dans le contexte des conflits armés.


2015


Jeudi 29 octobre 2015 N° 4308/25704 - FRANCE - FIL INFO PRIX - Le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit 2015 décerné au blogueur saoudien, Raef Badawi : Le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit 2015 a été décerné jeudi 29 octobre 2015 par le Parlement européen de Strasbourg au blogeur saoudien, Raef Badawi. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a déclaré : "Cet homme, qui est un homme extrêmement bon et exemplaire, s'est vu imposer l'une des sentences les plus horribles de ce pays, qui ne peut être décrite que comme une torture brutale", appelant "le Roi d'Arabie Saoudite à mettre fin à l'exécution de cette peine, à libérer Monsieur Badawi, à lui permettre de retrouver sa femme et d'assister à la session plénière de décembre pour recevoir son Prix". La cérémonie de remise du Prix aura lieu à Strasbourg le 16 décembre 2015. Rappelons que Raef Badawi est emprisonné depuis le 17 juin 2012, après avoir été condamné en mai 2014 à 10 ans de prison, à 1 000 coups de fouet répartis sur 20 semaines, et à une forte amende d'un million de rials saoudiens (environ 226 000 euros) pour avoir créé un forum en ligne destiné au débat public et "insulte envers l'Islam". Il a reçu, publiquement, vendredi 9 janvier 2015, devant la mosquée al-Jafali de Djeddah la capitale, 50 coups de fouet. La sentence a été suspendue devant l'indignation de la communauté internationale. Les 2 autres finalistes du Prix Sakharov 2015 étaient le mouvement de l'opposition démocratique au Venezuela, Table de l'unité démocratique, ainsi que l'opposant politique russe assassiné Boris Nemtsov sont les finalistes du Prix Sakharov 2015. Ils ont été sélectionnés par les commissions des affaires étrangères et du développement et par la sous-commission des droits de l'Homme. Blogger, webmaster, abonnés : Filinfo sources ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ? ; Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Signaler une contrefaçon du filinfo, fil infos, filnews ou fil actu, contrefaçon par imitation !



2016


 
Vendredi 28 octobre 2016 N° 4621/26017 - FRANCE - FIL INFO PRIX © - Le Prix Sakharov attribué à Nadia Mourad Bassi Taha et à Lamiya Aji Bachar, Yézidies rescapées de Daesch : Le Prix Sakharov pour la liberté de penser 2016 a été attribué jeudi 27 octobre 2016 par le Parlement européen à 2 femmes yézidies (ou yazidies), une des communautés minoritaires la plus ancienne d'Irak, rescapées de l'Etat islamique (Daesch), Nadia Mourad Bassi Taha et Lamiya Aji Bachar. Le prix leur sera remis lors d'une cérémonie qui se déroulera au Parlement européen à Strasbourg, le 14 décembre 2016. Le Prix Sakharov, doté de 50 000 euros, honore des personnalités collectives ou individuelles qui s'efforcent de défendre les droits de l'homme et les libertés fondamentales. SOURCE : Rédactions à Paris de FIL-INFO.TV ® applications mobiles du quotidien international francophone indépendant FIL-INFO-FRANCE ® ; ISSN 1634-4979 © / ISSN 1638-1572 © ; Logos FIL-INFO-ORIGINAL © - La contrefaçon est punissable selon les dispositions du Code de la propriété intellectuelle et du Code pénal.



2017


Samedi 28 octobre 2017 N° 4934/26330 : FRANCE - FIL INFO PRIX © - Le Prix Sakharov 2017 pour la liberté de l'esprit attribué à l'opposition démocratique au Venezuela : Le Parlement européen a décerné jeudi 26 octobre 2017 à Strasbourg, le Prix Sakharov 2017 pour la liberté de l'esprit à l'opposition démocratique au Venezuela. La cérémonie de remise de prix se déroulera le mercredi 13 décembre à Strasbourg. SOURCE : Rédactions à Paris de FIL-INFO.TV ® applications mobiles du quotidien international francophone indépendant FIL-INFO-FRANCE ® ; ISSN 1634-4979 © / ISSN 1638-1572 © ; FIL1FO.INFO ® News magazine vidéo, Paris ; Logos FIL-INFO-ORIGINAL © - Plus d'infos et lien pour un don en ligne en soutien à notre indépendance face à la concentration de la presse, pour le pluralisme, la liberté d'expression, d'opinion et syndicale sur je-suis-fil-info.com ou filinfogate.org ; Fil-info-France ® est le seul journal qui n'est pas présent sur les réseaux sociaux dont facebook, twitter, instagram, vine, telegram, flickr, viadeo, linkedin, dailymotion, youtube, google-plus, wordpress, etc. Rappel : La contrefaçon de la marque " Fil-info-France ® " est punissable selon les dispositions du Code de la propriété intellectuelle et du Code pénal.



Le Prix Sakharov dans l'actualité de www.fil-info-france.com


 
 
(Copyright 2006-2017 Fil-info-France)
 


QUOTIDIEN
INDEPENDANT

( ! ) Liens en bleu
CONDITIONS D'UTILISATION



> Retour à l'index ?
> Fil info par email ?
> Fil info sur votre site ?
> Rechercher sur ce site ?

HIER PASSIF ?
AUJOURD'HUI ACTIF !
DEVENEZ CORRESPONDANT
de PRESSE (bénévole)
Vous disposerez
librement
de votre page Internet...
Voir conditions
d'obtention
de la carte :
ICI

- Publicité -




 
Rappel : ces deux signes «» placés en bas de chaque page vous permettent de naviguer d'un numéro à un autre.