SOMMAIRE

Prix Mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano,
prix mondial de la liberte de la presse unesco guillermo cano, prix, 2017, Dawit Isaak, 2016, Khadija, Ismayilova, journaliste, investigation, azerbaidjan, mazen, darwish, prix, 2014, Ahmet Sik, journaliste, turc, d investigation, prix, 2013, reeyot alemu, journaliste, ethiopienne,emprisonnee, Prix, 2012, Eynulla Fatullayev, journaliste azerbaïdjanais, 2011, journaliste iranien ahmad zeidabadi emprisonne en iran, prix 2010 journaliste chilienne, Monica Gonzalez Mujica, prix 2009 Lasantha Wickrematunge, journaliste sri lankais prix guillermo cano a titre posthume, prix 2008 Lydia Cacho Ribeiro journaliste mexicaine indépendante, prix 2007 journaliste russe assassinee, anna, politkovskaïa, journaliste, colombien, journal, el espectator, assassinat, 17 decembre 1986, bogota, lutte, trafiquants, drogues, prix, unesco, laureat, may, chidiac, cheng, yizhong, raul, rivero, amira, hass, geoffrey, nyarota, u win tin, nizar, nayyouf, jesus, blancornelas, christina, aynyanwu, gao, yu, dotation, 25000 dollars, prix guillermo cano de 1997 a 2016


Jeudi 30 mars 2017 N° 4752/26148

FRANCE - FIL INFO PRIX © - Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano au journaliste érythréen Dawit Isaak : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2017 a été décerné jeudi 30 mars 2017 au journaliste érythréen Dawit Isaak, arrêté lors d'une opération de répression contre les médias en septembre 2001, toujours en détention sans inculpation ni jugement. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano sera décerné le mercredi 3 mai 2017 à Jakarta, capitale de l'Indonésie, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, en présence d'Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris, capitale de la France, et du Président indonésien, Joko Widodo. Dawit Isaak, dramaturge et journaliste, est né en Erythrée le 27 octobre 1964. Pendant la guerre, il s'exile en Suède en 1987, où il obtient en 1992 la citoyenneté suédoise. Après l'indépendance de l'Erythrée, Dawit Isaak revient dans son pays natal et fonde le "Setit", le premier journal indépendant du pays dans lequel il écrit des reportages critiques et engagés. Le 23 septembre 2001, il est arrêté par les forces des Services de sécurité et placé en détention. En 2003, Dawit Isaak est lauréat premier Prix de liberté de la presse de Reporters sans frontières ; en 2006 le Prix Anna Politkovskaja, en 2009, Dawit Isaak est un des candidats du Prix Sakharov qui sera finalement attribué à l'association russe Memorial. SOURCE : Rédactions à Paris de FIL-INFO.TV ® applications mobiles du quotidien international francophone indépendant FIL-INFO-FRANCE ® ; ISSN 1634-4979 © / ISSN 1638-1572 © ; FIL1FO.INFO ® News magazine vidéo, Paris ; Logos FIL-INFO-ORIGINAL © - La contrefaçon est punissable selon les dispositions du Code de la propriété intellectuelle et du Code pénal.


HISTORIQUE :

Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano est décerné chaque année à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (le 3 mai). Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO, ce prix distingue une personne, une organisation ou une institution qui a contribué d'une manière notable à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si, pour cela, elle a pris des risques. Les candidats sont proposés par les Etats membres de l'UNESCO et par des organisations régionales ou internationales qui défendent et promeuvent la liberté d'expression.


Qui était Guillermo Cano ?


Guillermo Cano Isaza est né à Bogota (Colombie) le 12 août 1925.

Il a été assassiné le 17 décembre 1986 devant le bâtiment du journal
El Espectador à Bogota, où il a travaillé comme rédacteur dès l'âge de 27 ans.

Tout au long de sa carrière Guillermo Cano Isaza était dévoué à la liberté d'expression.

Il a également prôné des mesures fermes contre les trafiquants de drogues. Son assassinat symbolise le prix payé par les journalistes dans le monde entier à la violence.


1997

Gao Yu, journaliste chinoise emprisonnée de 1993 à 1999 pour avoir publié des articles dans les journaux de Hong Kong "The Mirror Monthly" et "The Overseas China Daily". Elle a été libérée le 15 février 1999, officiellement pour "raisons médicales".

1998

Christina Anyanwu est éditrice et rédactrice en chef du journal "The Sunday Magazine". Elle a été emprisonnée en 1995 dans des conditions particulièrement pénibles pour le simple motif qu'elle faisait son métier et qu'elle avait publié des informations sur la tentative de coup d'État contre le gouvernement nigérian. Lors de sa détention, elle contracte la malaria et perd son oeil gauche. Elle a été libérée en juin 1998.

1999

José Jesús Blancornelas est né en 1936 à San Luis Potosí au Mexique et décédé le 23 novembre 2006 à l'hôpital de Tijuana. Ce journaliste mexicain, co-fondateur et le directeur de la revue "Zeta News Weekly" publiée à Tijuana, est connu pour dénoncer la corruption, en particulier celle qui est liée au trafic de drogue. En novembre 1997, il a été victime d'une tentative de meurtre suite à ses enquêtes et à ses révélations, notamment sur l'assassinat de Héctor Félix Miranda, le co-fondateur de Zeta.

2000

Nizar Nayyouf, rédacteur en chef du mensuel "Sawt al-Democratiyya" (La Voix de la démocratie), publication du Comité de défense des libertés démocratiques en Syrie (CDF), et collaborateur de l'hebdomadaire "Al-Hurriya", est emprisonné depuis le 10 janvier 1992. Il a été condamné à 10 ans de travaux forcés pour appartenance à une organisation interdite - le CDF - et pour propagation de fausses nouvelles. Maintenu aujourd'hui en isolement à la prison militaire de Mezze à Damas et affaibli par la torture, il se trouve dans un état de santé alarmant.

2001

U Win Tin, ancien rédacteur en chef du quotidien birman "Hanthawati", vice-président de l'Association des écrivains du Myanmar et fondateur de la Ligue nationale pour la démocratie, a été arrêté en juillet 1989. 3 mois plus tard, il a été condamné à 14 ans de prison pour son appartenance supposée au Parti communiste du Myanmar interdit et incarcéré à la prison Insein de Rangoon. En 1996, U Win Tin a été jugé à l'intérieur même de la prison et condamné à 5 ans supplémentaires pour avoir eu en sa possession de quoi écrire, en infraction avec le règlement de la prison. Malade, son état est jugé très grave. Sa peine expirera en juillet 2008.

2002

Geoffrey Nyarota, directeur du "Daily News", seul quotidien indépendant du Zimbabwe. Il combat pour le maintien d'une presse libre au Zimbabwe.

2003

Amira Hass, première et unique femme journaliste israélienne vivant et travaillant depuis dix ans dans les Territoires palestiniens pour le quotidien israélien Ha’aretz. Elle a écrit sans relâche des articles empreints de compassion sur la vie quotidienne et les difficultés des Palestiniens. Le regard indépendant et critique qu’elle porte tant sur la politique israélienne que sur celle des Palestiniens a exposé cette journaliste à des pressions des deux côtés.

2004

Raul Rivero Castaneda, journaliste cubain emprisonné après avoir été condamné à 20 ans de détention pour atteinte à l'intégrité de l'Etat.

2005

Cheng Yizhong, journaliste chinois, rédacteur en chef du Nanfang Dushi Bao, a été libéré le 27 août 2004 après avoir été détenu sans inculpation depuis le 20 mars 2004. Cette arrestation était intervenue après une série d’enquêtes publiées par son journal, notamment sur le SRAS et le décès d’un jeune graphiste, Sun Zhigang, battu à mort dans un commissariat de Canton.

2006

May Chidiac, journaliste vedette de la télévision libanaise, LBC, connue pour son franc-parler, a été victime d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, le 25 septembre 2005. Elle perd une jambe et une main.


2007

Anna Politkovskaya, journaliste russe, 48 ans, qui travaillait pour le bi-hebdomadaire "Novaïa Gazeta". Elle avait été abattue samedi 7 octobre 2006 à Moscou. Elle avait dénoncé à plusieurs reprises les violations des droits de l’homme dont se rendaient coupables les forces russes en Tchétchénie et indiqué qu’elle préparait un article sur la torture pratiquée par les russes en Tchétchénie avec à l’appui des photos très compromettantes et qui devait paraître dans l'édition du lundi 9 octobre 2006.


Vendredi 18 mai 2007 N° 1662/23058 : COLOMBIE/PRESSE : La 17e Journée mondiale de la liberté de la presse qui sera célébrée jeudi 3 mai 2007 à Medellin, sera consacrée cette année à la sécurité des journalistes et à l'impunité. Cette journée mondiale de la liberté de la presse coïncide avec le dixième anniversaire de la création du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO - Guillermo Cano. Ce prix a été attribué pour l''année 2007 à titre posthume à la journaliste russe Anna Politkovskaya, par le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, doté de 25 000 dollars, décerné chaque année à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, récompense une personne, une organisation ou une institution qui a contribué d'une manière notable à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si, pour cela, elle a pris des risques. Le Prix porte le nom du journaliste colombien Guillermo Cano Isaza, assassiné le 17 décembre 1986 devant l'entrée de son journal "El Espectador" pour avoir dénoncé les activités des barons de la drogue de son pays. La Journée mondiale de la liberté de la presse sera célébrée, pour l'année 2007, en Colombie à Medellin, ville de Guillermo Cano. Anna Politkovskaïa, 48 ans, qui travaillait pour le bi-hebdomadaire "Novaïa Gazeta", avait été abattue samedi 7 octobre 2006 à Moscou. Elle avait dénoncé à plusieurs reprises les violations des droits de l’homme dont se rendaient coupables les forces russes en Tchétchénie et indiqué qu’elle préparait un article sur la torture pratiquée par les russes en Tchétchénie avec à l’appui des photos très compromettantes et qui devait paraître dans l'édition du lundi 9 octobre 2006. La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) avait condamné avec fermeté le meurtre et demandé une enquête indépendante et impartiale aux autorités russes. L'ancien président Mikhaïl Gorbatchev, qui est l'un des actionnaires de "Novaïa Gazeta", avait dénoncé "un coup porté à toute la presse indépendante et démocratique". Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ, Committee to Protect Journalists), basé à New York, Anna Politkovskaïa est la 42 journaliste tuée en Russie depuis l'effondrement de l'URSS et la 12e depuis l'arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000.

2008

Lydia Cacho Ribeiro, journaliste mexicaine indépendante qui collabore au quotidien "La Voz del Caribe". Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano lui a été attribué "pour son courage à dévoiler la corruption politique, le crime organisé et la violence domestique malgré les menaces de mort, une tentative de sabotage et plusieurs batailles juridiques". En 2006, elle a enquêté sur la mort violente de centaines de jeunes femmes dans la ville de Ciudad Juarez au nord du Mexique.


Vendredi 11 avril 2008 N° 1944/23340 : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano 2008 a été attribué jeudi 10 avril 2008 par le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, à la journaliste mexicaine, Lydia Cacho Ribeiro, journaliste indépendante qui collabore au quotidien "La Voz del Caribe", "pour son courage à dévoiler la corruption politique, le crime organisé et la violence domestique malgré les menaces de mort, une tentative de sabotage et plusieurs batailles juridiques". En 2006, elle a enquêté sur la mort violente de centaines de jeunes femmes dans la ville de Ciudad Juarez au nord du Mexique et a été la cible de menaces de mort. Le Prix sera remis à Lydia Cacho lors d'une cérémonie qui se tiendra à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai 2008, à Maputo, au Mozambique, où l'UNESCO y célèbre cette année cette Journée.


2009

Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano a été attribué à titre posthume à Lasantha Wickrematunge, journaliste sri-lankais et rédacteur en chef du quotidien "Sunday Leader", assassiné le 8 janvier 2009.


Mardi 7 avril 2009 N° 2253/23649 : FRANCE : PRIX UNESCO-GUILLERMO CANO : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano 2009 a été remis lundi 6 avril 2009 à titre posthume à Lasantha Wickrematunge, assassiné le 8 janvier 2009, journaliste sri-lankais et rédacteur en chef du quotidien "Sunday Leader" qu'il a fondé en 1994 avec son frère. Le directeur général de l'UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, Koïchiro Matsuura, remettra le Prix au cours d'une cérémonie qui se tiendra le 3 mai 2009, Journée mondiale de la liberté de la presse, à Doha, la capitale du Qatar. Copyright www.fil-info-france.com/


2010

La journaliste chilienne, Mónica González Mujica, héroïne de la lutte contre la dictature dans son pays, a été nommée mardi 13 avril 2010 lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2010. Son prix lui sera remis au cours d'une cérémonie qui aura lieu le 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse, que l'UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, célébrera cette année à Brisbane en Australie.

2011

Lundi 11 avril 2011 N° 2881/24277 : FRANCE - Remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO / Guillermo Cano 2011 : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2011 a été décerné au journaliste iranien, Ahmad Zeidabadi, actuellement en détention dans son pays. L'UNESCO, Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, a indiqué que ce prix lui a été remis afin "de rendre hommage à son exceptionnel courage, à sa résistance et à son engagement en faveur de la liberté d'expression, de la démocratie, des droits de l'homme, de la tolérance et de l'humanité. Au-delà de sa personne, ce sont les nombreux journalistes iraniens actuellement détenus qui sont récompensés par ce Prix". Ahmad Zeidabadi a été arrêté après les élections de juin 2009 et condamné à 6 ans de prison pour avoir appelé, dans ses articles, au boycott de l'élection présidentielle. Blogger, webmaster : Conditions d'utilisations Fil-info-France


2012

FIL INFO FRANCE - PRIX UNESCO/GUILLERMO CANO 2012 : Eynulla Fatullayev, journaliste azerbaïdjanais, reçoit le Prix UNESCO/Guillermo Cano 2012 : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2012 a été attribué mardi 17 avril 2012 à Eynulla Fatullayev (35 ans), journaliste azerbaïdjanais, qui "a défendu résolument et sans relâche la liberté de la presse et la liberté d'expression. Emprisonné en 2007, il a été libéré l'année dernière à la faveur d'une grâce présidentielle accordée à l'occasion du Jour de la République d'Azerbaïdjan, le 26 mai 2011. En juillet 2011, Eynulla Fatullayev a créé l'Union publique pour les droits de l'homme, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l'homme. Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ?


2013

FRANCE - FIL INFO PRIX : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2013 décerné à la journaliste éthiopienne emprisonnée, Reeyot Alemu : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2013 a été décerné mardi 16 avril 2013 à la journaliste éthiopienne, Reeyot Alemu, "en reconnaissance de son courage exceptionnel, de sa résistance et de son engagement en faveur de la liberté d'expression". Reeyot Alemu a été condamnée à 5 ans de prison pour terrorisme et est actuellement détenue dans la prison de Kality près d'Addis-Abeba la capitale. Reeyot Alemu a contribué dans de nombreuses publications indépendantes traitant des questions politiques et sociales d'une manière critique, s'intéressant aux origines de la pauvreté et à l'égalité entre les sexes. Elle a créé en 2010 sa propre maison d'édition et un magazine d'information mensuel 'Change', mais qui ont été tous deux fermés par les autorités éthiopiennes. En juin 2011, alors qu'elle tenait une chronique régulière dans Feteh, un hebdomadaire national, Reeyot Alemu a été arrêtée. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano a été créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO. Il est décerné chaque année lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, qui aura lieu cette année au Costa Rica. Blogger, webmaster : Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ?


2014

FRANCE - FIL INFO PRIX - Ahmeet Sik, lauréat du prix de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2014 : Le journaliste turc d'investigation Ahmet Sik (44 ans) a été désigné jeudi 10 avril 2014 lauréat du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2014. Le prix lui sera remis lors d'une cérémonie organisée au siège de l'UNESCO à Paris, le 2 mai 2014, veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano, doté de 25 000 euros, est décerné chaque année à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (le 3 mai). Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO, ce prix distingue une personne, une organisation ou une institution qui a contribué d'une manière notable à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si, pour cela, elle a pris des risques. Les candidats sont proposés par les Etats membres de l'UNESCO et par des organisations régionales ou internationales qui défendent et promeuvent la liberté d'expression. Blogger, webmaster : Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ?

2015

Lundi 6 avril 2015 N° 4131/25527 : FRANCE - FIL INFO PRIX - Le journaliste syrien Mazen Darwish lauréat du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2015 a été décerné vendredi 3 avril 2015 au journaliste syrien, Mazen Darwish, "en reconnaissance du travail qu’il a accompli en Syrie depuis plus de dix ans au prix de sacrifices personnels considérables : interdiction de voyager, harcèlement, privation répétée de liberté et torture". Mazen Darwish, juriste et défenseur de la liberté de la presse, est le président de Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression, fondé en 2004. Il est également l’un des fondateurs du journal "Voice" et de "syriaview.net", un site d’actualité indépendant interdit par les autorités syriennes. En 2011, il a créé "Media Club", le premier magazine syrien consacré aux médias. Il a été arrêté le 16 février 2012 et condamné un an plus tard pour "actes de terrorisme". Le 15 mai 2013, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Résolution 67/262 qui "exige des autorités syriennes qu’elles libèrent immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement, y compris les membres du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression". En janvier 2014, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a adressé une communication aux autorités syriennes dénonçant la détention arbitraire de Mazen Darwish et de ses collègues du Centre pour les médias et demandé leur libération immédiate. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a exigé la libération de toutes les personnes détenues arbitrairement en Syrie dans sa résolution 2139, adoptée le 22 février 2014. Le 24 mars 2014, le Procureur général de la Cour anti-terrorisme de Damas présente les accusations portées contre Mazen Darwish : "publicité d'actes de terrorisme" en violation de l'article 8 de la loi antiterroriste de 2012. Il risque jusqu'à 15 ans de prison. Le 9 juin 2014, une amnistie est décrétée par le gouvernement, concernant également Mazen Darwish. Mais à ce jour, il n'a toujours pas été libéré. Le 31 janvier 2015, il est transféré à la prison centrale de Hama. Le prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano sera décerné à Mazen Darwish ou à son représentant lors des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai 2015, qui auront lieu à Riga, en Lettonie. Blogger, webmaster : Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ?

2016

Samedi 9 avril 2016 N° 4448/25844 : FRANCE - FIL INFO PRIX - La journaliste Khadija Ismayilova d'Azerbaïdjan Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2016 : Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2016 a été décerné vendredi 8 avril 2016 à Khadija Ismayilova, journaliste d'investigation en Azerbaïdjan "en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à la liberté de la presse dans des circonstances difficiles". Le Prix lui sera décerné dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai 2016, qui auront lieu en Finlande. Blogger, webmaster, abonnés : Filinfo sources ; Contacts (fr) ; Contacts us ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ? ; Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Signaler une contrefaçon du filinfo, fil infos, fil news ou fil actu, contrefaçon par imitation !


Plus de liens :

UNESCO



 
 

(Copyright 2007-2017 Fil-info-France)

 


QUOTIDIEN
INDEPENDANT

( ! ) Liens en bleu
CONDITIONS D'UTILISATION



> Retour à l'index ?
> Fil info par email ?
> Fil info sur votre site ?
> Rechercher sur ce site ?

HIER PASSIF ?
AUJOURD'HUI ACTIF !
DEVENEZ CORRESPONDANT
de PRESSE (bénévole)
Vous disposerez
librement
de votre page Internet...
Voir conditions
d'obtention
de la carte :
ICI

- Publicité -




 
Rappel : ces deux signes «» placés en bas de chaque page vous permettent de naviguer d'un numéro à un autre.